Nous réintroduisons des espèces animales et végétales dans leur biotope d’origine

Pourquoi ?

Chaque espèce, animale ou végétale, représente un patrimoine irremplaçable mais aussi un maillon clé d’un écosystème.

Réintroduire dans leur milieu naturel des espèces menacées ou disparues, c’est participer au maintien de la richesse des trésors que la nature nous a confiés, mais aussi favoriser la pérennité des écosystèmes dont elles font partie.

Comment ?

Nous collaborons avec des associations gouvernementales, d’autres organisation non-gouvernementales et des associations locales afin de réunir un maximum d’experts et ainsi maximiser les chances de succès de ces programmes de réintroduction; tout en s’assurant que les conséquences de ceux-ci soient acceptables pour tous les acteurs de la société.

Nous sélectionnons nos projets sur base

  • Du statut de conservation des espèces.
  • De la possibilité de mener des programmes de reproduction et de préparation au retour à la vie sauvage pour les espèces concernées.
  • De l’importance des espèces pour la santé ou la survie des communautés locales.
  • De l’effet positif du programme sur l'ensemble des écosystèmes et l’absence de préjudice à d’autres espèces ou milieux existants.
  • De leurs coûts humains et financiers.

Nos projets en cours

L’Ara de Spix – Pairi Daiza
Brésil

Nous prenons part à l’incroyable défi de réintroduire une espèce éteinte dans la nature, l’Ara de Spix

Pairi Daiza et la Pairi Daiza Foundation, en parfaite collaboration avec les autorités brésiliennes, l’Al Wabra Wildlife Preservation, l’Association for the Conservation of Threatened Parrots (ACTP), et l’Institut Chico Mendes de Conservation de la Biodiversité (ICMBio) et de la Pairi Daiza Foundation, travaillent à un formidable projet : rendre leur totale liberté aux Arax de Spix. Et reconstituer, dans leur milieu naturel, une population de perroquets suffisamment large et protégée que pour assurer la survie et le développement de l’espèce au sein de l’écosystème duquel elle n’aurait jamais dû disparaître. Ce projet, s’il est couronné de succès, saluerait une première mondiale, jamais l’Homme n’ayant réussi à réintroduire à l’état sauvage une espèce animale éteinte dans la Nature.

En savoir plus
Belgique

Nous réinstallons le Sonneur à ventre jaune dans nos régions

Le Sonneur à ventre jaune est un petit crapaud mesurant de 3,5 à 5,5 cm dont l’espérance de vie dans la nature peut atteindre 13 à 15 années. Il vit dans les points d’eau temporaires que l’on trouve dans les forêts d’Europe, en plaine et en moyenne montagne (entre 100 et 2100 mètres d’altitude), tels que mares, flaques et fossés.

Le sonneur a pratiquement disparu de nos contrées dans les années 1980... En conséquence, Pairi Daiza Foundation, soutenu par Natagora et le DNF, a décidé de réinstaller des populations de sonneurs dans les régions qu'il occupait avant.

En savoir plus

Nous sensibilisons à la protection des pollinisateurs

"Les pollinisateurs font le B(U)ZZZZ" ! C'est le nom de la nouvelle exposition permanente nichée dans le Jardin des oliviers à Pairi Daiza. La Pairi Daiza Foundation et le SPW Agriculture Ressources Naturelles Environnement s'associent pour sensibiliser les visiteurs au rôle des pollinisateurs et à la biodiversité à travers plusieurs activités et animations.

En savoir plus
Belgique, Hautes-Fagnes

Nous œuvrons au maintien d’une espèce emblématique des Hautes-Fagnes, le Tétras lyre

Le Tétras lyre a failli disparaître de notre pays, victime de la chasse et de la destruction de son habitat. La population des Hautes-Fagnes est la dernière de Belgique mais son effectif est tombé bien trop bas pour perdurer sans notre aide (en 2015, seuls 2 mâles et 1 femelle avaient été recensés !). Depuis 2017, des géniteurs importés de Suède (où ils sont abondants) sont relâchés chaque année dans les Hautes-Fagnes pour renforcer la population. Et ces efforts portent leurs fruits ! En 2019, 19 jeunes Tétras lyres au moins sont nés dans les Hautes Fagnes. Ce projet est exécuté par l’ULiège, l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et le Département de la Nature et des Forêts de la Région Wallonne.

Nos projets menés à bien

Belgique

Bernardus, le Vautour Moine

Né à Pairi Daiza en 2015, à l’ombre de la Tour Saint Bernard, le Vautour moine prénommé Bernardus a été relâché dans le Verdon (France) à l’âge de quatre mois. En lui offrant l’opportunité de rejoindre ses congénères sauvages, nous avons donné un coup de pouce à cette espèce menacée pour recoloniser les Alpes du Sud. Un renfort bien nécessaire pour cet oiseau dont la population est victime d’empoisonnements (via l’ingestion de poisons destinés aux renards et aux loups) et de la dégradation de son habitat par les activités humaines. Ce projet a été mené en collaboration avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux Provence-Alpes-Côte d’Azur (LPO PACA). La Pairi Daiza Foundation y a contribué à hauteur de 10.000 €.

Maldives

Peggy, la tortue convalescente repartie dans l’océan

Peggy, c’est cette tortue marine recueillie blessée aux Maldives par nos amis du Marine Savers (l’animal était emprisonné dans des filets de pêche) et qui avait été confiée aux équipes de Pairi Daiza, en 2016. Après trois ans de soins patiemment apportés ici en Belgique (Peggy souffrait d’infections aux poumons et avait dû être amputée d’une patte), la tortue a été relâchée dans « son » Océan indien en juin 2019, équipée d'une balise GPS afin de suivre ses déplacements.